à Clamecy...

dans les environs...

 Imprimer cette page
RETOUR au sommaire des actualités » ECOLOGIE » face à la sécheresse, l'urgence est à la création de réserves en eau … naturelles !


face à la sécheresse, l'urgence est à la création de réserves en eau … naturelles !

Puisque, face à la sécheresse, qui s'annonce chronique dans les années à venir, la tendance est à la « création de retenues d'eau » artificielles, le collectif FNE Adour-Garonne prône par opposition la « création de réserves en eau naturelles » ou plus exactement leur reconstitution. Ou comment mettre en avant les capacités des milieux aquatiques et des sols à stocker l'eau et à la restituer …

Plus d'infos

http://www.fne-midipyrenees.fr/face-secheress-urgence-est-creation-reserves_7-actu_34.php

Construire des retenues d'eau artificielles ... une gestion de l'eau à court terme !
« Après des années d'assèchement de zones humides et de drainage de parcelles, d'arrachage de haies, de mise à nue de terres en hiver, et pour les cours d'eau, d'extraction de graviers dans le lit mineur, d'enrochement de berges, de chenalisation, recalibrage et endiguement pour accélérer l'écoulement... les milieux aquatiques et les sols ont perdu leur capacité de stockage de l'eau et d'échange avec les nappes souterraines», souligne Jacques Brie, administrateur de Poitou-Charente Nature et vice-président de Charente Nature. « Nous sommes tout simplement en train de briser les dynamiques du cycle de l'eau, et c'est le résultat de politiques de soumission du milieu naturel aux usages de l'homme au lieu de vivre en bonne intelligence avec lui. La construction de retenues artificielles s'inscrit complètement dans ce modèle et ne constitue qu'une gestion à court terme au problème de la ressource en eau. »
D'autre part, plusieurs questions se posent quant à ces retenues artificielles : Quel bilan pour les quelques 40 barrages et 1900 retenues déjà construites en Adour-Garonne depuis 25 ans ? Comment seront remplies toutes ces retenues en cas de déficit pluviométrique hivernal chronique ? Quel coût pour ces retenues destinées en grande partie à quelques irrigants, et payées par qui1? Et dans 25 ans, quel sera le nouveau pansement aux problèmes de gestion quantitative de la ressource en eau en Adour-Garonne ?

Favoriser le rôle d'éponge des milieux aquatiques et des sols … pour une gestion intégrée et durable de la ressource en eau.
Une autre approche plus durable pour l'homme et les milieux aquatiques existe. Il s'agit de permettre aux milieux aquatiques et aux sols d'exercer leurs fonctionnalités naturelles : ce rôle d'éponge qui se gonfle quand il y a de l'eau et la restitue progressivement, ce rôle de réserve d'eau naturelle !
Cela passe par une approche intégrée de l'eau sur les territoires : reconquête de l'espace de mobilité des cours d'eau, restauration et préservation des zones humides, réflexion sur la place de l'arbre et des haies dans le cycle de l'eau, diffusion des pratiques et systèmes agronomiques qui valorisent le stockage de l'eau dans les sols notamment grâce à l'humus (cultures sous couvert végétal permanent, agriculture biologique...).
« Privilégier et favoriser le stockage naturel de l'eau dans le sol et les milieux aquatiques : c'est à cette condition que nous pourrons TOUS faire face aux aléas du changement climatique », affirme Rémi Martin, Président de FNE Midi-Pyrénées.
Cette gestion intégrée des ressources en eau et milieux aquatiques est l'ambition du Collectif FNE Adour-Garonne pour le Xe programme d'interventions de l'Agence de l'eau Adour-Garonne.
1. Jusqu'à 80% d'argent publique (aides AEAG, fonds européens et subventions des Conseil Régionaux et Généraux cumulables)!!! Réglementairement, une part résiduelle d'autofinancement d'au moins 20% doit rester à la charge du maître d'ouvrage.


Chacun a en mémoire des systèmes d'arrosage géant projetant de l'eau en pleine chaleur synonyme de ce modèle industriel absurde. Nous vous proposons d'interpeller les Ministres de l'Ecologie et de l'Agriculture.

extrait de LES VINGT ANS DE L’AGRICULTURE DURABLE
http://www.agrobiosciences.org/IMG/pdf/pochon-32-35.pdf

iL y a donc une solution à la crise agricole actuelle. Des agriculteurs nombreux et prospères, dans un environnement préservé et produisant de la qualité, ça existe, nous les rencontrons. Opposer économie et écologie est une absurdité. Alors, comment se fait-il que beaucoup s’obstinent à nourrir leurs vaches avec du maïs et du soja, à investir dans des porcheries sur caillebotis, à perdurer dans la monoculture céréalière et légumière, faisant fi des lois agronomiques les plus élémentaires? Parce que la génération des 35-55 ans, et particulièrement les dirigeants agricoles actuels, ont été formés à la « pensée unique », au modèle dominant béton, maïs, soja, nitrates, pesticides. Hors de là, point de salut. Parce que le poids des lobbies de l’agro-industrie continue de peser, et conditionne les esprits, y compris à Bruxelles. Ils ont tant à gagner à la poursuite de ce modèle! Et enfin parce que la PAC sub- ventionne le maïs-fourrage, l’irrigation, le taurillon intensif, et... pas l’herbe. 

….C’est le citoyen-consommateur qui paie en effet la gabegie actuelle (en moyenne 3.000F/ménage européen), et c’est lui qui en subit les conséquences : malbouffe, pollution, paysages saccagés. 
Enfin le consommateur se réveille, il préfère manger moins mais manger mieux. Nul doute que s’il boude les œufs de poules en cage, le porc sur caillebotis, les céréales, légumes et fruits bourrés de pesticides, ce type de pro- duction s’arrêtera faute de débouchés. Le consommateur tire la machine... dans le bon ou le mauvais sens. Un mou- vement est enclenché contre lequel les lobbies producti- vistes seront impuissants. C’est ce qui me conforte dans cet optimisme dont m’accusent parfois mes amis. En tout cas, je suis persuadé qu’on ne change pas le monde avec la sinistrose. Pour réussir, il faut y croire. Et la publication du livre de l’Inra « A la recherche d’une agriculture durable » vient à point nommé pour nous conforter dans notre optimisme. Cet ouvrage est un événement qu’il faut découvrir et faire découvrir à nos amis.

André Pochon

L’alerte sécheresse étendue à 63 départements
http://www.francebleu.fr/societe/secheresse/carte-l’alerte-secheresse-etendue-63-departements-2506567

L'été 2015, un été record pour la sécheresse
http://www.francetvinfo.fr/meteo/secheresse/l-ete-2015-un-ete-record-pour-la-secheresse_1028693.html

POCHON André, Les champs du possible - Plaidoyer pour une agriculture durable
http://blogs.mediapart.fr/edition/vert-tige/article/211012/pochon-andre-les-champs-du-possible-plaidoyer-pour-une-agricul

Dans les champs de maïs français, l'arrosage au goutte-à-goutte
http://www.20minutes.fr/planete/1374921-20140514-20140514-champs-mais-francais-arrosage-goutte-a-goutte

Une jolie colère verte, pleine d'enseignement sur l'origine de la Crise Agricole...
http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/07/22/31003-20150722ARTFIG00120-perico-legasse-la-grande-distribution-est-devenue-un-fleau-national.php

"60 ans que l'agriculture a tout faux...."
http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/20150616.OBS0886/60-ans-que-l-agriculture-a-tout-faux.html

Une fois encore, la crise du maillon faible que sont les agriculteurs surendettés vient masquer la crise du système agro-industriel de production et de distribution auquel ils sont enchainés..... lire la suite
http://www.minga.net/crise-agroalimentaire-jouer-a-grande-echelle-la-carte-de-la-proximite/


Les soldats perdus de l’agriculture industrielle
http://blogs.mediapart.fr/edition/vert-tige/article/250715/les-soldats-perdus-de-l-agriculture-industrielle

 

 

Signer !

http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/face-secheresse-urgence-creation-re-999.html

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à segolene.royal@developpement-durable.gouv.fr | philippe.mauguin@agriculture.gouv.fr | 
Avec les éléments suivant :
  • Sujet : Favoriser le stockage naturel de l'eau
  • Message : Madame la Ministre, Monsieur le Ministre

    Il ne serait pas cohérent que nous organisions la COP21 en prônant la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre sans regarder ce qui se passe en agriculture qui représente 19% de ces émissions , sans oublier de tenir compte des émissions de CO2 associées aux changements d’usage des sols agricoles. (chiffres du projet de stratégie Nationale Bas Carbone)
    Au lieu de continuer la fuite en avant de constructions de barrages et de réserve (Sivens..) et de suppressions de zones humides (NDDL, il convient de favoriser le rôle d'éponge des milieux aquatiques et des sols … pour une gestion intégrée et durable de la ressource en eau.
    Cela passe par une approche intégrée de l'eau sur les territoires : reconquête de l'espace de mobilité des cours d'eau, restauration et préservation des zones humides, réflexion sur la place de l'arbre et des haies dans le cycle de l'eau, diffusion des pratiques et systèmes agronomiques qui valorisent le stockage de l'eau dans les sols notamment grâce à l'humus (cultures sous couvert végétal permanent, agriculture biologique...).
    « Privilégier et favoriser le stockage naturel de l'eau dans le sol et les milieux aquatiques : c'est à cette condition que nous pourrons TOUS faire face aux aléas du changement climatique »

Cette cyberaction permet d'envoyer une copie de ce message à :

  • Votre député.

 

Vous pouvez modifier ces infos (sujet, texte, elus...) en choisissant l'option
"modifier des éléments" après avoir renseigné le formulaire "je signe sans compte"






Page suivante : la boutique