à Clamecy...

dans les environs...

 Imprimer cette page
RETOUR au sommaire des actualités » DIVERS » Du bois toxique dans le charbon pour barbecue


Du bois toxique dans le charbon pour barbecue

En France, un quart de la production de charbon pour barbecue provient de traverses de voie ferrée traitées à la créosote, un mélange d'hydrocarbures utilisé pour protéger le bois de la pluie et des parasites. La créosote est toxique et probablement cancérigène pour l'homme. Un arrêté du 2 juin 2003 stipule que les traverses sont considérées comme des « déchets dangereux ». Le texte indique que « les bois traités avec de la créosote (…) doivent être réservés à un usage exclusivement professionnel tel que pour les voies de chemins de fer ou les lignes électriques ». Pourtant sur les 800 000 tonnes de traverses retirées chaque année de la circulation par Réseau ferré de France (RFF), 250 000 sont envoyées à l'entreprise de récupération de déchets Sidenergie, dans le Lot, afin d’être transformées en combustible pour barbecue. Environ 80 % des traverses sont en chêne (avec une imprégnation de la créosote sur les 3 à 4 premiers centimètres du bois), 15 % en bois exotique (imprégnation sur 2 cm) et 5 % en hêtre (imprégnation totale). Or, les parties de bois imprégnées de créosote ne sont pas rabotées avant d'être transformées en charbon et, étant donné le mauvais état des tronçons, il est impossible de déterminer l’essence de bois dont ils proviennent. En 2009, Sidenergie  a mis 3 600 tonnes de ce combustible alimentaire contenant de la créosote sur le marché, soit un quart du charbon de bois fabriqué en France. Pourtant il est impossible pour le consommateur de savoir si le sac de charbon qu’il achète contient ou non de la créosote. L'association Robin des bois dénonce la dissémination des traverses qui, outre leur transformation en combustible alimentaire, peuvent être reconverties en planchers, escaliers et meubles de jardins. Jacky Bonnemains, son président, demande que « l’origine précise du charbon issu des traverses de chemin de fer soit mentionnée sur les emballages, et ce dans un souci de transparence et d'information du consommateur ».  Robin des bois demande également que l'autorisation de fabriquer du combustible à partir de ce bois toxique soit suspendue.

Copyright © http://www.jim.fr






Page suivante : la boutique